I LEARN (Marseille / New York)

Du 19 janvier au 20 mai 2017

Exposition participative et interactive proposée avec le soutien de l'Ambassade des États-Unis d’Amérique en France.

Villes-port, villes-monde, mémoire des migrations contemporaines

Un projet, initié et développé par Jean-Michel Dissard, auteur-réalisateur du film et du projet I learn America, qui donne la parole à de jeunes marseillais et new-yorkais et évoque l'histoire des migrations contemporaines vécue ou révélée par des trajectoires familiales.

A work in progress ! En ouverture, l’exposition valorise la réciprocité et les productions croisées de jeunes résidents new-yorkais (élèves de MACS High School, Port Richmond High School, Louis Amstrong Middle School, Bloomfield High School, Susan Wagner High School ) et de jeunes marseillais impliqués aux collèges Jacques Prévert, Rosa Parks, au Lycée Saint-Charles, à l’École de la Deuxième Chance et au sein de la formation Access English.

D’autres jeunes résidents à Marseille sont invités à découvrir cette restitution : ils sont conviés, sur la base du volontariat, à participer à de nouveaux ateliers supervisés par le réalisateur Jean-Michel Dissard.

Consulter le site internet ilearnamerica.com

Du 19 janvier au 20 mai 2017

Exposition participative et interactive proposée avec le soutien de l'Ambassade des États-Unis d’Amérique en France.

Villes-port, villes-monde, mémoire des migrations contemporaines

Un projet, initié et développé par Jean-Michel Dissard, auteur-réalisateur du film et du projet I learn America, qui donne la parole à de jeunes marseillais et new-yorkais et évoque l'histoire des migrations contemporaines vécue ou révélée par des trajectoires familiales.

A work in progress ! En ouverture, l’exposition valorise la réciprocité et les productions croisées de jeunes résidents new-yorkais (élèves de MACS High School, Port Richmond High School, Louis Amstrong Middle School, Bloomfield High School, Susan Wagner High School ) et de jeunes marseillais impliqués aux collèges Jacques Prévert, Rosa Parks, au Lycée Saint-Charles, à l’École de la Deuxième Chance et au sein de la formation Access English.

D’autres jeunes résidents à Marseille sont invités à découvrir cette restitution : ils sont conviés, sur la base du volontariat, à participer à de nouveaux ateliers supervisés par le réalisateur Jean-Michel Dissard.

Consulter le site internet ilearnamerica.com

Le coeur d'une ville : urbanisme et patrimoines à Marseille

Du 1er décembre 2015 au 28 février 2016

En partenariat avec AGAM / VILLE DE MARSEILLE / MHM / ENSP

L' exposition propose une lecture historique du paysage urbain du centre ville de Marseille .

Elle invite à une redécouverte sensible de ses patrimoines et des caractéristiques de son architecture, évoque l'évolution de ses tracés urbains et de sa topographie.

Elle révèle les couleurs et la richesse de la matière de la ville au travers de représentations figurées de la ville et de ses monuments, de maquettes, d'échantillons de matériaux et de supports numériques.

Plongez le regard dans ce cœur de ville et (re)découvrez sa diversité.

Du 1er décembre 2015 au 28 février 2016

En partenariat avec AGAM / VILLE DE MARSEILLE / MHM / ENSP

L' exposition propose une lecture historique du paysage urbain du centre ville de Marseille .

Elle invite à une redécouverte sensible de ses patrimoines et des caractéristiques de son architecture, évoque l'évolution de ses tracés urbains et de sa topographie.

Elle révèle les couleurs et la richesse de la matière de la ville au travers de représentations figurées de la ville et de ses monuments, de maquettes, d'échantillons de matériaux et de supports numériques.

Plongez le regard dans ce cœur de ville et (re)découvrez sa diversité.

RESTITUTION : Des Traces Au Patrimoine. Travailler et habiter à l'Estaque.

Du 1er décembre 2015 au 31 janvier 2016

Dossier de restitution partielle de la collecte participative autour de la mémoire des îlots d’habitations Chieusse-Pasteur à l’Estaque.

En séquence 13 du Musée d’Histoire de Marseille : du 1er décembre 2015 au 31 janvier 2016.

Projet proposé par le musée d'Histoire de Marseille, en partenariat avec l’association Approches Cultures & Territoires et avec le soutien du Groupement d'Intérêt Scientifique Institutions Patrimoniales et Pratiques Interculturelles (Ministère de la Culture et de la Communication).

Du 1er décembre 2015 au 31 janvier 2016

Dossier de restitution partielle de la collecte participative autour de la mémoire des îlots d’habitations Chieusse-Pasteur à l’Estaque.

En séquence 13 du Musée d’Histoire de Marseille : du 1er décembre 2015 au 31 janvier 2016.

Projet proposé par le musée d'Histoire de Marseille, en partenariat avec l’association Approches Cultures & Territoires et avec le soutien du Groupement d'Intérêt Scientifique Institutions Patrimoniales et Pratiques Interculturelles (Ministère de la Culture et de la Communication).

100 portraits de l'exil, la quête d'identité des réfugiés arméniens

Du 20 mars au 24 septembre 2015

Photographies et documents originaux du fonds ARAM : Association pour la Recherche et l'Archivage de la Mémoire Arménienne.

Exposition programmée dans le cadre du centenaire du génocide des Arméniens, reconnu par la loi du 29 janvier 2001, en France.

Marseille, qui a connu, au début des années 1920, une arrivée massive de rescapés Arméniens, s'associe à cette commémoration. La cité phocéenne a développé des liens forts avec l'Arménie et depuis 1992, est jumelée à sa capitale, Erevan.

L'exposition met en avant les portraits photographiques de 100 survivants arméniens et suit le parcours spécifique de 4 d'entre eux, depuis l'arrachement à la terre natale jusqu'à l'obtention d'un statut de résident étranger.

Les photographies ont été prises à l'arrivée de ces réfugiés à Marseille, dans le but de délivrer des certificats de naissance et de baptême, afin d'attester leur identité, première étape d'un long processus de reconstruction.

 

Du 20 mars au 24 septembre 2015

Photographies et documents originaux du fonds ARAM : Association pour la Recherche et l'Archivage de la Mémoire Arménienne.

Exposition programmée dans le cadre du centenaire du génocide des Arméniens, reconnu par la loi du 29 janvier 2001, en France.

Marseille, qui a connu, au début des années 1920, une arrivée massive de rescapés Arméniens, s'associe à cette commémoration. La cité phocéenne a développé des liens forts avec l'Arménie et depuis 1992, est jumelée à sa capitale, Erevan.

L'exposition met en avant les portraits photographiques de 100 survivants arméniens et suit le parcours spécifique de 4 d'entre eux, depuis l'arrachement à la terre natale jusqu'à l'obtention d'un statut de résident étranger.

Les photographies ont été prises à l'arrivée de ces réfugiés à Marseille, dans le but de délivrer des certificats de naissance et de baptême, afin d'attester leur identité, première étape d'un long processus de reconstruction.

 

La Grande Guerre sur tous les fronts

Du 14 novembre 2014 au 17 mai 2015

Exposition conçue en collaboration avec Jean-Yves Le Naour, historien, commissaire scientifique, en partenariat avec le musée de l'Armée, la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC), l'Historial de Péronne, le Musée de la Grande Guerre de Meaux, le Musée de l'Empéri, le Musée de la Marine de Toulon, le Musée de l'artillerie de Draguignan, l'Association nationale pour le souvenir des Dardanelles, de l'Association pour la recherche et l'archivage de la mémoire arménienne (ARAM), de l'association Ceux du Pharo et de collectionneurs particuliers.

Construite en cinq séquences, l'exposition donne à comprendre les prémices de la guerre dans les Balkans, les forces en présence sur le Front d'Orient et les batailles maritimes et terrestres de Salonique et des Dardanelles.

Elle évoque la vie quotidienne des soldats, leurs conditions d'hygiène, de santé, leurs passe-temps. Elle rappelle les conséquences du conflit et sa résolution à l'échelle de la recomposition de l'Europe et de ses frontières. En clôture, elle invite à s'interroger sur la mémoire contemporaine de ce conflit mondialisé, à la place réservée aux soldats d'Orient dans les récits collectifs que la commémoration du Centenaire de la Grande Guerre réactualise.

Direction de l'Action Culturelle, Ville de Marseille Sébastien Cavalier, directeur

Service des musées Christine Poullain, directrice

Jean-Jacques Jordi, administrateur

Commissariat Jean-Yves Le Naour, historien

Laurent Védrine, conservateur en chef du musée d'Histoire de Marseille

Coordination générale, conseil en muséographie, programmation culturelle autour de l'exposition Sophie Deshayes

Supports de communication Véronique De Laval, Michèle Munier

Chargé d'études documentaires Emmanuel Laugier

Régie des œuvres Jeanne-Marie David Frank, Brigitte Grenier, Emmanuel Laugier, Solange Rizoulières

Collections graphiques, documentation Ann Blanchet

Production multimédia, audiovisuel, programmation des séances de projection-débat autour de l'exposition Jérôme Mortier

Cartographie Xavier Corré

Accueil des publics, médiation et traductions Nathalie Commandé Cristina Longo

Technique Damien Dégremont Gilles Tabet

Sécurité - sûreté Gérard Besson

Administration Yves Davin, Marie Palmeri, Hadjirah Ferro

Stagiaires Barbara Tsoukala, Irène Portal, Christophe Borrely

Scénographie, graphisme : agence Les Charrons, Saint-Étienne

Impression et signalétique : Mediamax, Grenoble

Moulages : Dasplet Monsters, Saint-Priest

Avec l'aimable participation de l'association Les Poilus de Vaucluse

Costumes : Veranne Mounier

Menuiserie : Fabien Clémenceau

Identité visuelle Agence Piquet design

Réalisation audiovisuels et multimédia Drôle de trame Les Productions du Lagon Opixido, avec l'aimable autorisation du Musée de la Grande Guerre de Meaux

Cartographie Kamisphère

Exposition conçue en collaboration avec Jean-Yves Le Naour, historien, commissaire scientifique, en partenariat avec le musée de l'Armée, la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC), l'Historial de Péronne, le Musée de la Grande Guerre de Meaux, le Musée de l'Empéri, le Musée de la Marine de Toulon, le Musée de l'artillerie de Draguignan, l'Association nationale pour le souvenir des Dardanelles, de l'Association pour la recherche et l'archivage de la mémoire arménienne (ARAM), de l'association Ceux du Pharo et de collectionneurs particuliers.

Espace d'exposition temporaire du musée d'Histoire de Marseille

Accès par le hall d’accueil du musée : entrée au 2 rue Henri Barbusse 13001 ou rez-de-chaussée de la Galerie marchande du Centre Bourse.

Visites guidées de l’exposition : les vendredis, samedis et dimanches. Renseignements à l’accueil du musée et au 04 91 55 36 00

Du 14 novembre 2014 au 17 mai 2015

Exposition conçue en collaboration avec Jean-Yves Le Naour, historien, commissaire scientifique, en partenariat avec le musée de l'Armée, la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC), l'Historial de Péronne, le Musée de la Grande Guerre de Meaux, le Musée de l'Empéri, le Musée de la Marine de Toulon, le Musée de l'artillerie de Draguignan, l'Association nationale pour le souvenir des Dardanelles, de l'Association pour la recherche et l'archivage de la mémoire arménienne (ARAM), de l'association Ceux du Pharo et de collectionneurs particuliers.

Construite en cinq séquences, l'exposition donne à comprendre les prémices de la guerre dans les Balkans, les forces en présence sur le Front d'Orient et les batailles maritimes et terrestres de Salonique et des Dardanelles.

Elle évoque la vie quotidienne des soldats, leurs conditions d'hygiène, de santé, leurs passe-temps. Elle rappelle les conséquences du conflit et sa résolution à l'échelle de la recomposition de l'Europe et de ses frontières. En clôture, elle invite à s'interroger sur la mémoire contemporaine de ce conflit mondialisé, à la place réservée aux soldats d'Orient dans les récits collectifs que la commémoration du Centenaire de la Grande Guerre réactualise.

Direction de l'Action Culturelle, Ville de Marseille Sébastien Cavalier, directeur

Service des musées Christine Poullain, directrice

Jean-Jacques Jordi, administrateur

Commissariat Jean-Yves Le Naour, historien

Laurent Védrine, conservateur en chef du musée d'Histoire de Marseille

Coordination générale, conseil en muséographie, programmation culturelle autour de l'exposition Sophie Deshayes

Supports de communication Véronique De Laval, Michèle Munier

Chargé d'études documentaires Emmanuel Laugier

Régie des œuvres Jeanne-Marie David Frank, Brigitte Grenier, Emmanuel Laugier, Solange Rizoulières

Collections graphiques, documentation Ann Blanchet

Production multimédia, audiovisuel, programmation des séances de projection-débat autour de l'exposition Jérôme Mortier

Cartographie Xavier Corré

Accueil des publics, médiation et traductions Nathalie Commandé Cristina Longo

Technique Damien Dégremont Gilles Tabet

Sécurité - sûreté Gérard Besson

Administration Yves Davin, Marie Palmeri, Hadjirah Ferro

Stagiaires Barbara Tsoukala, Irène Portal, Christophe Borrely

Scénographie, graphisme : agence Les Charrons, Saint-Étienne

Impression et signalétique : Mediamax, Grenoble

Moulages : Dasplet Monsters, Saint-Priest

Avec l'aimable participation de l'association Les Poilus de Vaucluse

Costumes : Veranne Mounier

Menuiserie : Fabien Clémenceau

Identité visuelle Agence Piquet design

Réalisation audiovisuels et multimédia Drôle de trame Les Productions du Lagon Opixido, avec l'aimable autorisation du Musée de la Grande Guerre de Meaux

Cartographie Kamisphère

Exposition conçue en collaboration avec Jean-Yves Le Naour, historien, commissaire scientifique, en partenariat avec le musée de l'Armée, la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC), l'Historial de Péronne, le Musée de la Grande Guerre de Meaux, le Musée de l'Empéri, le Musée de la Marine de Toulon, le Musée de l'artillerie de Draguignan, l'Association nationale pour le souvenir des Dardanelles, de l'Association pour la recherche et l'archivage de la mémoire arménienne (ARAM), de l'association Ceux du Pharo et de collectionneurs particuliers.

Espace d'exposition temporaire du musée d'Histoire de Marseille

Accès par le hall d’accueil du musée : entrée au 2 rue Henri Barbusse 13001 ou rez-de-chaussée de la Galerie marchande du Centre Bourse.

Visites guidées de l’exposition : les vendredis, samedis et dimanches. Renseignements à l’accueil du musée et au 04 91 55 36 00

1944 : La Libération de Marseille

Du 15 août – 15 septembre 1944. Prolongée jusqu’au 4 Janvier 2015

70 ans après la libération de la ville (28 août 1944), le Musée d'Histoire présente, à partir du 10 septembre, l'exposition La libération de Marseille 15 août – 15 septembre 1944, qui revient sur ces événements cruciaux : les troupes françaises qui débarquent dans le Var et s'avancent vers Marseille, les organisations de Résistance qui engagent l’insurrection armée, les jours de combat et la prise de la colline de Notre-Dame de la Garde, jusqu'à la libération de la ville et à l'arrivée du général de Gaulle, accueilli par Gaston Deferre.

L'exposition propose au public une sélection de journaux, de témoignages, de photographies et de documents d'archives.

Ce programme est proposé par la ville de Marseille (Musée d'Histoire de Marseille) en partenariat avec l'Association des Amis du Musée Virtuel de la Résistance en Provence-Alpes-Côte-d'Azur (MUREL), le service départemental de l' Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG) des Bouches-du-Rhône, le Comité d'Entreprise CE Cheminot PACA et l'Équipe Scientifique de Soutien à la Recherche (association ESSOR).

Tarifs : Billet couplé collections permanentes et exposition : 5 € Tarifs réduits : 3 € Gratuité pour les moins de 18 ans et plus de 65 ans

Possibilité de visite guidées pour les groupes sur rendez-vous. Contacter: ablanchet@mairie-marseille.fr Musée d'Histoire de Marseille 2, rue Henri Barbusse, 13001, Marseille Téléphone : 04 91 55 36 00

Du 15 août – 15 septembre 1944. Prolongée jusqu’au 4 Janvier 2015

70 ans après la libération de la ville (28 août 1944), le Musée d'Histoire présente, à partir du 10 septembre, l'exposition La libération de Marseille 15 août – 15 septembre 1944, qui revient sur ces événements cruciaux : les troupes françaises qui débarquent dans le Var et s'avancent vers Marseille, les organisations de Résistance qui engagent l’insurrection armée, les jours de combat et la prise de la colline de Notre-Dame de la Garde, jusqu'à la libération de la ville et à l'arrivée du général de Gaulle, accueilli par Gaston Deferre.

L'exposition propose au public une sélection de journaux, de témoignages, de photographies et de documents d'archives.

Ce programme est proposé par la ville de Marseille (Musée d'Histoire de Marseille) en partenariat avec l'Association des Amis du Musée Virtuel de la Résistance en Provence-Alpes-Côte-d'Azur (MUREL), le service départemental de l' Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG) des Bouches-du-Rhône, le Comité d'Entreprise CE Cheminot PACA et l'Équipe Scientifique de Soutien à la Recherche (association ESSOR).

Tarifs : Billet couplé collections permanentes et exposition : 5 € Tarifs réduits : 3 € Gratuité pour les moins de 18 ans et plus de 65 ans

Possibilité de visite guidées pour les groupes sur rendez-vous. Contacter: ablanchet@mairie-marseille.fr Musée d'Histoire de Marseille 2, rue Henri Barbusse, 13001, Marseille Téléphone : 04 91 55 36 00

Les Monuments Historiques marseillais dans tous leurs états

Du 04 octobre 2013 au 30 juin 2014

La première exposition accueillie au musée d'histoire Les Monuments Historiques marseillais dans tous leurs états Galerie d'images

  •