Musée d'Histoire de Marseille

Musée d'Histoire de Marseille

Mercredis 21 et 28 à 11h30 et 15h00

"L'objet d'une rencontre" présente les oeuvres nées de la collaboration de vingt binômes designer-artisan sur le thème de la transmission culturelle par la migration des objets, sous l'angle de l'influence esthétique et des usages, et des échanges entre les cultures. 

Gratuit. Sans réservation
 

Mercredis 21 et 28 à 11h30 et 15h00

"L'objet d'une rencontre" présente les oeuvres nées de la collaboration de vingt binômes designer-artisan sur le thème de la transmission culturelle par la migration des objets, sous l'angle de l'influence esthétique et des usages, et des échanges entre les cultures. 

Gratuit. Sans réservation
 

Mercredi 28 septembre de 9h45 à 12h30 et de 14h à 16h30

Journée d’étude organisée par l’Institut SoMuM, l’UMR 7303 AMU-CNRS TELEMMe et le Musée d’Histoire de Marseille.

Cette journée d’études porte sur les représentations et les usages du rivage en Méditerranée à l’époque moderne et contemporaine. Le littoral méditerranéen s’offre en effet à une multitude de pratiques, parfois concurrentes, parfois imitées de l’Atlantique et de ses bains de mer, où le climat engendre contraintes et opportunités. Historiens, historiens de l’art et anthropologues s’attacheront à cerner la diversité et les spécificités de ces usages.

Entrée libre à l’auditorium du musée dans la limite des places disponibles.

 

 

Programme :

Matin 9 h 45 - 12 h 30

Introduction : A. Carol ((AMU, TELEMMe)

1. Un rivage partagé

R. Bertrand (AMU, TELEMMe) : L’Entrée du port de Marseille de Joseph Vernet : les usages du rivage au XVIIIe siècle

D. Faget (AMU, TELEMMe) : La mer du bout des pieds : pêcheurs méditerranéens et usages de l'immersion (XVIIe-XXe s.)

2. Des représentations spécifiques ?

N. Vidoni (AMU, TELEMMe) : Regarder le rivage méditerranéen et voir le peuple (1750-1820)

P. Pinchon (AMU, TELEMMe) : "C'est terrible de lumière" : Monet face au rivage méditerranéen (1884-1888)

 

Après-midi 14 h -16 h 30

3. Bains de mer

T. Leyer (AMU) : Marseille et les bains de mer au XIXe siècle : L'échec d'une station balnéaire ?

L. Levantis (TELEMMe) : Disparités sociales dans l’accès aux bains et pratique populaire de la nage (Venise, XIXe siècle)

4. D’hier à aujourd’hui

L. Fournier (Université de Nice) : Vers d'autres rivages : jalons pour une anthropologie littorale



Présentation des intervenants
- Régis Bertrand est professeur émérite d’histoire moderne à AMU et membre du laboratoire TELEMMe ; ses recherches portent sur l’histoire culturelle et religieuse de la Provence.
- Anne Carol est professeur d’histoire contemporaine à AMU et membre du laboratoire TELEMMe ; ses recherches portent sur l’histoire du corps et de la médecine au XIXe siècle.
- Daniel Faget est MCF HDR d’histoire moderne à AMU et membre du laboratoire TELEMMe ; il travaille sur l’histoire des hommes et de la mer en Méditerranée.
- Laurent Fournier est professeur d’anthropologie à l’Université Côte d’Azur, et membre du laboratoire LAPCOS.
- Laetitia Levantis est docteur en histoire de l’art, associée au laboratoire TELEMMe ; elle travaille sur le thermalisme en Italie et notamment à Venise.
- Tina Leyer est masterante en histoire contemporaine à AMU ; son travail porte sur les bains de mer dans les Bouches du Rhône et le Var au XIXe siècle.
- Pierre Pinchon est MCF HDR en histoire de l’art à AMU, et membre du laboratoire TELEMMe ; il travaille notamment sur la lumière dans la peinture à la fin du XIXe siècle.
- Nicolas Vidoni est MCF en histoire moderne à AMU et membre du laboratoire TELEMMe ; ses recherches portent sur l’histoire des polices et la construction des savoirs sociaux

Mercredi 28 septembre de 9h45 à 12h30 et de 14h à 16h30

Journée d’étude organisée par l’Institut SoMuM, l’UMR 7303 AMU-CNRS TELEMMe et le Musée d’Histoire de Marseille.

Cette journée d’études porte sur les représentations et les usages du rivage en Méditerranée à l’époque moderne et contemporaine. Le littoral méditerranéen s’offre en effet à une multitude de pratiques, parfois concurrentes, parfois imitées de l’Atlantique et de ses bains de mer, où le climat engendre contraintes et opportunités. Historiens, historiens de l’art et anthropologues s’attacheront à cerner la diversité et les spécificités de ces usages.

Entrée libre à l’auditorium du musée dans la limite des places disponibles.

 

 

Programme :

Matin 9 h 45 - 12 h 30

Introduction : A. Carol ((AMU, TELEMMe)

1. Un rivage partagé

R. Bertrand (AMU, TELEMMe) : L’Entrée du port de Marseille de Joseph Vernet : les usages du rivage au XVIIIe siècle

D. Faget (AMU, TELEMMe) : La mer du bout des pieds : pêcheurs méditerranéens et usages de l'immersion (XVIIe-XXe s.)

2. Des représentations spécifiques ?

N. Vidoni (AMU, TELEMMe) : Regarder le rivage méditerranéen et voir le peuple (1750-1820)

P. Pinchon (AMU, TELEMMe) : "C'est terrible de lumière" : Monet face au rivage méditerranéen (1884-1888)

 

Après-midi 14 h -16 h 30

3. Bains de mer

T. Leyer (AMU) : Marseille et les bains de mer au XIXe siècle : L'échec d'une station balnéaire ?

L. Levantis (TELEMMe) : Disparités sociales dans l’accès aux bains et pratique populaire de la nage (Venise, XIXe siècle)

4. D’hier à aujourd’hui

L. Fournier (Université de Nice) : Vers d'autres rivages : jalons pour une anthropologie littorale



Présentation des intervenants
- Régis Bertrand est professeur émérite d’histoire moderne à AMU et membre du laboratoire TELEMMe ; ses recherches portent sur l’histoire culturelle et religieuse de la Provence.
- Anne Carol est professeur d’histoire contemporaine à AMU et membre du laboratoire TELEMMe ; ses recherches portent sur l’histoire du corps et de la médecine au XIXe siècle.
- Daniel Faget est MCF HDR d’histoire moderne à AMU et membre du laboratoire TELEMMe ; il travaille sur l’histoire des hommes et de la mer en Méditerranée.
- Laurent Fournier est professeur d’anthropologie à l’Université Côte d’Azur, et membre du laboratoire LAPCOS.
- Laetitia Levantis est docteur en histoire de l’art, associée au laboratoire TELEMMe ; elle travaille sur le thermalisme en Italie et notamment à Venise.
- Tina Leyer est masterante en histoire contemporaine à AMU ; son travail porte sur les bains de mer dans les Bouches du Rhône et le Var au XIXe siècle.
- Pierre Pinchon est MCF HDR en histoire de l’art à AMU, et membre du laboratoire TELEMMe ; il travaille notamment sur la lumière dans la peinture à la fin du XIXe siècle.
- Nicolas Vidoni est MCF en histoire moderne à AMU et membre du laboratoire TELEMMe ; ses recherches portent sur l’histoire des polices et la construction des savoirs sociaux

Mardi 27 septembre à 18h00

Table ronde animée par Fabrice Pincin, président de Marseille Design Méditerranée.

Auditorium du Musée d’Histoire de Marseille

En présence de Marc Aurel, designer, président de l’association Les Lauréats du Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main, Marc Bayard, responsable développement et programmation culturelle au Mobilier national et fondateur du mouvement Slow made et Anne-Marie Hugot, céramiste, créatrice de bijoux, artisane d’art après une première

carrière de designer.

Dans le cadre de la France Design Week. En lien avec l’exposition « l’objet d’une rencontre »

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponible

 

 

Mardi 27 septembre à 18h00

Table ronde animée par Fabrice Pincin, président de Marseille Design Méditerranée.

Auditorium du Musée d’Histoire de Marseille

En présence de Marc Aurel, designer, président de l’association Les Lauréats du Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main, Marc Bayard, responsable développement et programmation culturelle au Mobilier national et fondateur du mouvement Slow made et Anne-Marie Hugot, céramiste, créatrice de bijoux, artisane d’art après une première

carrière de designer.

Dans le cadre de la France Design Week. En lien avec l’exposition « l’objet d’une rencontre »

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponible

 

 

Le 29 septembre 2022

A l’auditorium du Musée d’Histoire de Marseille.

Colloque organisé par l’association Villa Air Bel, les Musées de Marseille et l’Institut SoMuM / Aix-Marseille Université. En lien avec le mémorial des déportions
 

Il fut une époque où Marseille, bien malgré elle, en ces temps difficiles, devint le centre culturel de l’art et de l’intelligence persécutées fuyant la barbarie nazie, un repère pour les artistes « dégénérés », les philosophes antitotalitaires, les surréalistes convaincus ou dissidents, les rebelles antifascistes, en quête d’un improbable bateau pour la Liberté qui avait déserté notre ancien monde. C’était devenu en fait pour beaucoup de ces indésirables pourchassés par Vichy, un piège, une nasse, une « Planète sans visa ».

Au cœur de cette attente désespérée, une résistance, comme il y en eut bien d’autres, celle que Varian Fry et la Villa Air Bel – le Château Espère Visa- incarnèrent, une résistance de sauvetage, une résistance par l’art et la culture qui permit de sauver un grand nombre d’entre eux.

Cette journée s’inscrit dans le cadre des Rencontres internationales, co-organisées avec l’association Varian Fry- France « Résister par l’Art et la Culture à Marseille et dans la Région pendant la Guerre (1939-1945).

Le projet de l’association Villa Air-Bel est de créer un centre d’interprétation sur les lieux mêmes où cette histoire s’est déroulée. Il s’agit de rendre cette mémoire aux habitants de la cité, aux Marseillais, et bien au-delà, et d’en tirer les leçons pour aujourd’hui.

 

Matin :

9h-12h Guillaume THEULIERE, conservateur du Musée Cantini : Les surréalistes en résistance à Marseille Nicolas MISERY, directeur des Musées de Marseille : Les surréalistes et l’art américain

Robert MENCHERINI, Professeur des universités en histoire contemporaine, Chercheur associé à TELEMME / Aix-Marseille Université : La résistance de sauvetage
Renée DRAY-BENSOUSAN, agrégée et docteure en histoire contemporaine, Chercheuse associée à TELEMME / Aix-Marseille Université : Les associations de sauvetages à Marseille : La HICEM, 1940-1942

12h-12h30 Cérémonie de don par l’ENSA (École nationale supérieure d’architecture de Marseille) auprès de l’association Villa Air-Bel de la maquette reconstituant la Villa Air Bel en 1940, sous la direction d’Alain Guyot.

 

Après-midi :

14h-17h30 Raphaël IMBERT, directeur du Conservatoire de Marseille, historien, chercheur,
Jan Meyerowitz, Erich Itor Kahn… les musiciens de Varian Fry.
Fabrice MAZE, réalisateur documentariste : Les surréalistes en images, avec extraits des documentaires sur Jacqueline Lamba, Max Ernst, Jacques Hérold…
Table-ronde : Romancer la Villa
Avec Diana POLLIN, auteure de Le Maître du Jeu (2020), Julotte ROCHE, auteure de Max et Leonora (2009), et Brigitte ALLEGRE, auteure de Le Brûleur de Loup (2021).

17h30-18h Présentation de l’œuvre de Monique DEREGIBUS, artiste et photographe, Boite en valise pour Jacqueline Lamba.
Introduction Pamela KING, galeriste.

18h- 18h30 : Diffusion d’extraits des documentaires de Fabrice Maze : Jacqueline Lamba et Jacques Hérold

Pour plus d'informations cliquez ici


Entrée libre à l’auditorium du musée dans la limite des places disponibles.

Légende visuel : Villa Air Bel, 1940. APINGO/Alain Guyot

Le 29 septembre 2022

A l’auditorium du Musée d’Histoire de Marseille.

Colloque organisé par l’association Villa Air Bel, les Musées de Marseille et l’Institut SoMuM / Aix-Marseille Université. En lien avec le mémorial des déportions
 

Il fut une époque où Marseille, bien malgré elle, en ces temps difficiles, devint le centre culturel de l’art et de l’intelligence persécutées fuyant la barbarie nazie, un repère pour les artistes « dégénérés », les philosophes antitotalitaires, les surréalistes convaincus ou dissidents, les rebelles antifascistes, en quête d’un improbable bateau pour la Liberté qui avait déserté notre ancien monde. C’était devenu en fait pour beaucoup de ces indésirables pourchassés par Vichy, un piège, une nasse, une « Planète sans visa ».

Au cœur de cette attente désespérée, une résistance, comme il y en eut bien d’autres, celle que Varian Fry et la Villa Air Bel – le Château Espère Visa- incarnèrent, une résistance de sauvetage, une résistance par l’art et la culture qui permit de sauver un grand nombre d’entre eux.

Cette journée s’inscrit dans le cadre des Rencontres internationales, co-organisées avec l’association Varian Fry- France « Résister par l’Art et la Culture à Marseille et dans la Région pendant la Guerre (1939-1945).

Le projet de l’association Villa Air-Bel est de créer un centre d’interprétation sur les lieux mêmes où cette histoire s’est déroulée. Il s’agit de rendre cette mémoire aux habitants de la cité, aux Marseillais, et bien au-delà, et d’en tirer les leçons pour aujourd’hui.

 

Matin :

9h-12h Guillaume THEULIERE, conservateur du Musée Cantini : Les surréalistes en résistance à Marseille Nicolas MISERY, directeur des Musées de Marseille : Les surréalistes et l’art américain

Robert MENCHERINI, Professeur des universités en histoire contemporaine, Chercheur associé à TELEMME / Aix-Marseille Université : La résistance de sauvetage
Renée DRAY-BENSOUSAN, agrégée et docteure en histoire contemporaine, Chercheuse associée à TELEMME / Aix-Marseille Université : Les associations de sauvetages à Marseille : La HICEM, 1940-1942

12h-12h30 Cérémonie de don par l’ENSA (École nationale supérieure d’architecture de Marseille) auprès de l’association Villa Air-Bel de la maquette reconstituant la Villa Air Bel en 1940, sous la direction d’Alain Guyot.

 

Après-midi :

14h-17h30 Raphaël IMBERT, directeur du Conservatoire de Marseille, historien, chercheur,
Jan Meyerowitz, Erich Itor Kahn… les musiciens de Varian Fry.
Fabrice MAZE, réalisateur documentariste : Les surréalistes en images, avec extraits des documentaires sur Jacqueline Lamba, Max Ernst, Jacques Hérold…
Table-ronde : Romancer la Villa
Avec Diana POLLIN, auteure de Le Maître du Jeu (2020), Julotte ROCHE, auteure de Max et Leonora (2009), et Brigitte ALLEGRE, auteure de Le Brûleur de Loup (2021).

17h30-18h Présentation de l’œuvre de Monique DEREGIBUS, artiste et photographe, Boite en valise pour Jacqueline Lamba.
Introduction Pamela KING, galeriste.

18h- 18h30 : Diffusion d’extraits des documentaires de Fabrice Maze : Jacqueline Lamba et Jacques Hérold

Pour plus d'informations cliquez ici


Entrée libre à l’auditorium du musée dans la limite des places disponibles.

Légende visuel : Villa Air Bel, 1940. APINGO/Alain Guyot

Mercredi 28 septembre à 15h

À partir de 8 ans

Après la présentation dans le musée de la nef huissière, dite de Saint Louis datant du XIII

siècle, l’activité se poursuit en atelier avec la reproduction du bateau d’après la technique de l’aquarelle. Les enfants repartent avec leurs créations.

- Adulte : gratuit / de 5 à 18 ans : 4 euros
-  Moins de 5 ans : gratuit
Sur réservation réservation au 04 91 55 36 00 ou musee-histoire@marseille.fr

Mercredi 28 septembre à 15h

À partir de 8 ans

Après la présentation dans le musée de la nef huissière, dite de Saint Louis datant du XIII

siècle, l’activité se poursuit en atelier avec la reproduction du bateau d’après la technique de l’aquarelle. Les enfants repartent avec leurs créations.

- Adulte : gratuit / de 5 à 18 ans : 4 euros
-  Moins de 5 ans : gratuit
Sur réservation réservation au 04 91 55 36 00 ou musee-histoire@marseille.fr

À l'occasion de l'ouverture de la réplique de la Grotte Cosquer à la Maison Méditerranée Cosquer, la Préhistoire fait peau neuve au Musée d'Histoire de Marseille avec la présentation de nouvelles collections disposées dans un grand linéaire de 7 mètres de long. Nous vous proposons de découvrir à travers cette nouvelle vitrine le contexte préhistorique des premières occupations humaines du Bassin de Marseille, entre -60 000 ans et -750 ans av. J.-C., des dizaines de millénaires avant qu'il n'accueille la cité de Massalia. Le mobilier exposé témoigne de la présence continue de populations humaines à l'intérieur du Bassin et ses massifs et de la très longue relation à la mer qu'elles ont entretenues depuis.

À l'occasion de l'ouverture de la réplique de la Grotte Cosquer à la Maison Méditerranée Cosquer, la Préhistoire fait peau neuve au Musée d'Histoire de Marseille avec la présentation de nouvelles collections disposées dans un grand linéaire de 7 mètres de long. Nous vous proposons de découvrir à travers cette nouvelle vitrine le contexte préhistorique des premières occupations humaines du Bassin de Marseille, entre -60 000 ans et -750 ans av. J.-C., des dizaines de millénaires avant qu'il n'accueille la cité de Massalia. Le mobilier exposé témoigne de la présence continue de populations humaines à l'intérieur du Bassin et ses massifs et de la très longue relation à la mer qu'elles ont entretenues depuis.

 

Venez découvrir notre toute nouvelle chaîne YouTube "Musées de Marseille". Et cliquez sur la playlist « Musée d’Histoire de Marseille » .Vous y découvrirez un éventail de nos ressources audiovisuelles ( films, conférences…) et pourrez vous documenter à l’envie sur l’histoire de la ville.
 

Découvrez notre chaîne !

 

Abonnez-vous !

 

Venez découvrir notre toute nouvelle chaîne YouTube "Musées de Marseille". Et cliquez sur la playlist « Musée d’Histoire de Marseille » .Vous y découvrirez un éventail de nos ressources audiovisuelles ( films, conférences…) et pourrez vous documenter à l’envie sur l’histoire de la ville.
 

Découvrez notre chaîne !

 

Abonnez-vous !

Subscribe to RSS - Musée d'Histoire de Marseille