événement

« 50 ans. Les fouilles archéologiques de la Bourse, 1967-2017 »

Depuis les fouilles réalisées en 1967, les découvertes archéologiques sur le site de la Bourse se sont révélées d'une importance capitale pour la connaissance de Marseille antique. Il s'agit d'une des premières grandes fouilles urbaines en France, prémices de l'archéologie préventive. Ces fouilles très médiatisées ont profondément marqué les esprits des Marseillais qui ont suivi ce chantier archéologique durant une quinzaine d’années. 50 ans après, le musée d’Histoire de Marseille célèbre cet anniversaire.

A partir du 16 septembre 2017, il propose une exposition de photographies "Derrière la Bourse », archéologie d’un quartier : 1860 – 2017". Elle met en évidence les différents événements qui ont bouleversé ce quartier, depuis le percement de la rue Impériale en 1862, actuelle rue de la République, jusqu’à sa totale destruction en 1927. Devenu terrain vague, ce « grand vide » va connaître des usages multiples : jardin public, lieu d’accueil de foires et de cirques, parking.... En 1967, à l’occasion d’un chantier d’urbanisme impulsé par Gaston Deferre, les archéologues mettent au jour l’entrée de la ville grecque de Massalia et une partie du port romain.

« 50 ans. Les fouilles archéologiques de la Bourse, 1967-2017 »

Depuis les fouilles réalisées en 1967, les découvertes archéologiques sur le site de la Bourse se sont révélées d'une importance capitale pour la connaissance de Marseille antique. Il s'agit d'une des premières grandes fouilles urbaines en France, prémices de l'archéologie préventive. Ces fouilles très médiatisées ont profondément marqué les esprits des Marseillais qui ont suivi ce chantier archéologique durant une quinzaine d’années. 50 ans après, le musée d’Histoire de Marseille célèbre cet anniversaire.

A partir du 16 septembre 2017, il propose une exposition de photographies "Derrière la Bourse », archéologie d’un quartier : 1860 – 2017". Elle met en évidence les différents événements qui ont bouleversé ce quartier, depuis le percement de la rue Impériale en 1862, actuelle rue de la République, jusqu’à sa totale destruction en 1927. Devenu terrain vague, ce « grand vide » va connaître des usages multiples : jardin public, lieu d’accueil de foires et de cirques, parking.... En 1967, à l’occasion d’un chantier d’urbanisme impulsé par Gaston Deferre, les archéologues mettent au jour l’entrée de la ville grecque de Massalia et une partie du port romain.