CONFERENCE

Jeudi 11 mai à 18h, auditorium

"Les bateaux de l’espoir. L'exode de Marseille vers la Martinique, 1940-1941"

Par Eric Jennings, professeur à l'université de Toronto

Entre la débâcle de mai-juin 1940 et la fin de l’année 1941, quelque 5000 réfugiés ou dissidents gagnèrent la Martinique depuis Marseille à bord de cargos. Ces hommes, femmes et enfants en grand danger débarquèrent aux Antilles, échappant ainsi à la déportation. Certains étaient juifs, d’autres républicains espagnols, d’autres encore socialistes antinazis. Parmi eux se trouvaient le révolutionnaire Victor Serge, la photographe Germaine Krull, le cinéaste Jacques Rémy, les artistes Wifredo Lam et Karl Heidenreich, la romancière Anna Seghers, le poète Walter Mehring, et bien d’autres encore. L’épisode est peu connu ; néanmoins le sauvetage eut une grande portée. Fondés sur des archives aux Antilles, en France métropolitaine, en Allemagne, aux USA et au Royaume-Uni, les travaux de recherche d’Eric Jennings retracent l’ouverture de la voie de secours martiniquaise, le flux migratoire, et les rencontres qui en découlèrent, notamment avec les chantres de la négritude, Suzanne et Aimé Césaire.

Professeur à l'université de Toronto, Eric Jennings est un spécialiste reconnu de l'histoire coloniale et de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Il a a notamment publié "Vichy sous les tropiques", Grasset, 2004, ouvrage qui fait autorité et en 2014 : "La France Libre fut africaine" aux éditions Perrin, Ministère de la Défense.

En libre accès, dans la limite des 200 places disponibles.

Visuel : Antille, André Masson, 1943, huile, sable et tempera sur toile, coll. Musée Cantini

Jeudi 11 mai à 18h, auditorium

"Les bateaux de l’espoir. L'exode de Marseille vers la Martinique, 1940-1941"

Par Eric Jennings, professeur à l'université de Toronto

Entre la débâcle de mai-juin 1940 et la fin de l’année 1941, quelque 5000 réfugiés ou dissidents gagnèrent la Martinique depuis Marseille à bord de cargos. Ces hommes, femmes et enfants en grand danger débarquèrent aux Antilles, échappant ainsi à la déportation. Certains étaient juifs, d’autres républicains espagnols, d’autres encore socialistes antinazis. Parmi eux se trouvaient le révolutionnaire Victor Serge, la photographe Germaine Krull, le cinéaste Jacques Rémy, les artistes Wifredo Lam et Karl Heidenreich, la romancière Anna Seghers, le poète Walter Mehring, et bien d’autres encore. L’épisode est peu connu ; néanmoins le sauvetage eut une grande portée. Fondés sur des archives aux Antilles, en France métropolitaine, en Allemagne, aux USA et au Royaume-Uni, les travaux de recherche d’Eric Jennings retracent l’ouverture de la voie de secours martiniquaise, le flux migratoire, et les rencontres qui en découlèrent, notamment avec les chantres de la négritude, Suzanne et Aimé Césaire.

Professeur à l'université de Toronto, Eric Jennings est un spécialiste reconnu de l'histoire coloniale et de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Il a a notamment publié "Vichy sous les tropiques", Grasset, 2004, ouvrage qui fait autorité et en 2014 : "La France Libre fut africaine" aux éditions Perrin, Ministère de la Défense.

En libre accès, dans la limite des 200 places disponibles.

Visuel : Antille, André Masson, 1943, huile, sable et tempera sur toile, coll. Musée Cantini