Au musée

Au musée

Nuit européenne des musées : 20 mai 2017 de 19h à minuit

 

  • SOIRÉE DE CLÔTURE

I LEARN (Marseille/New-York) Villes port - villes monde, mémoire des migrations contemporaines.

Exposition participative et interactive proposée avec le soutien de l'Ambassade des États-Unis d’Amérique en France.

Un projet, initié et développé par Jean-Michel Dissard, auteur-réalisateur du film et du projet I learn America, qui donne la parole à de jeunes marseillais et new-yorkais et évoque l'histoire des migrations contemporaines vécue ou révélée par des trajectoires familiales.Inaugurée en janvier avec les jeunes marseillais impliqués au collège Jacques Prévert, au Collège Rosa Parks, au Lycée Saint-Charles, à l’École de la Deuxième Chance et au sein de la formation Access English, l’exposition s’est enrichie de nouvelles contributions new-yorkaises et celles de jeunes marseillais des collèges Roy D’Espagne, Vallon des Pins, Marie Laurencin et Jacques Prévet, du Lycée Victor Hugo et des jeunes participants à l'atelier « Je t'écris de Marseille » mené à l’Estaque au cinéma l’Alhambra.

Un aperçu de l’exposition : https://www.youtube.com/watch?v=GfmzhML-5ps

Portraits et textes également accessibles en ligne : http://ilearnamerica.com/marseille-new-york/


PROJECTIONS/RENCONTRES

  • I LEARN AMERICA,

Un film documentaire du réalisateur Jean-Michel Dissard (52 minutes) à 20h

Un lycée, une année scolaire, cinq nouveaux citoyens américains I Learn America suit le parcours de cinq adolescents primo-arrivants au Lycée international de Lafayette à New York, à la découverte de leur nouveau pays. Cet établissement accueille plus de 300 élèves récemment immigrés, originaires d’une cinquantaine de pays et s’exprimant dans une vingtaine de langues différentes. Ces adolescents s’efforcent d’apprendre l’anglais, de vivre sans des familles qu’ils n’ont parfois pas vues depuis des années, affrontent les défis propres à l’adolescence et cherchent à se construire un avenir. Au travers de ces cinq lycéens, leur histoire et leurs défis, et leur volonté de s’ouvrir aux autres en nous laissant entrer dans leur vie, nous aussi nous apprenons aussi l’Amérique.

 

  • Des récits portés par la jeunesse marseillaise !

A partir de 21h

Rencontres et diffusion de films réalisés dans le cadre d’ateliers d'écriture et de cinéma :

« Je t’écris de Marseille », 30 minutes, production Opus One, 2013, réalisé dans la cadre d’ateliers accueillis par le cinéma l’Alhambra.

« Je viens d’ailleurs », 22 minutes, production Tabasco Vidéo, 2014, réalisé en 2014, avec des jeunes primo-arrivants en formation au Cieres.
*En libre accès à l'auditorium du musée, dans la limite des 200 places disponibles.

 

  • VISITE THÉÂTRALISÉE

« Au Cercle, citoyens ! »

À 20h30 et à 22h

Par la compagnie PADAM NEZI. Une création inédite évoquant le siècle des Lumières, la naissance des sciences modernes aux temps de la Révolution …Une mise en scène détonante pour (ré)découvrir les collections du musée en séquences modernes.

Tous publics : à partir de 8 ans. Visites à 20h30 et à 22h. RDV pour de départ dans le hall d’accueil du musée.

 

  • Programme visites et points de parole pour la Nuit des musées le samedi

20 mai 2017 - de 19h à minuit

20H30 : Visite de l’exposition temporaire «  Mémoire à la mer. Plongée au cœur de l’archéologie sous-marine » (visible jusqu’au 28 mai) .

Sur réservation (Jauge : 30 personnes) au 04 91 55 36 00 ou par mail musee-histoire@marseille.fr. Les réservations sont closes le vendredi 19 à 16H. Possibilité d’un deuxième créneau à 22h30 selon la demande.

Point Parole de 21h30 à minuit dans les Séquences antiques

Point parole de 21h à 22h30 dans les Séquences consacrées au Moyen-Age

Point Parole de 21h à minuit dans les Séquences Modernes

Point Parole de 19h à 21h au Musée des Docks romains

 

  • Restitution pendant la Nuit des Musées

Initiée par les Ministères en charge de la culture et de l’éducation, l’opération « la classe, l’œuvre ! » offre à des classes et leurs enseignants la possibilité de construire un projet d'éducation artistique et culturelle à partir de l’étude d’œuvres d’art issues des collections des musées de France. Lors de la Nuit européenne des musées les acteurs des projets peuvent valoriser et partager l’aventure menée au cours de l’année.

Le musée d’Histoire de Marseille participe à cet événement en accueillant une classe du collège Coin Joli Sévigné. Sous les vents d’Éole de 19h à 21h.

Les élèves présenteront au public quelques objets du Musée d'Histoire de Marseille, en liaison avec un projet pédagogique intitulé "Sous les vents d’Éole". En classe, ils ont travaillé toute l'année à la rédaction d'un journal de bord d'un Grec ou d'une Grecque quittant Phocée pour partir fonder Massalia. L'objet choisi par chaque élève lors des visites préparatoires au musée est l'un des supports de l'histoire qu'ils racontent.

Les élèves seront répartis en plusieurs groupes dans la séquence 1 : "Le mythe de Gyptis et de Prôtis, le mythe de la fondation de Marseille" du musée pour présenter les objets au public en se positionnant en  "points paroles". Les visiteurs seront invités à parcourir la séquence et à s'arrêter à chaque étape.

 

 

Nuit européenne des musées : 20 mai 2017 de 19h à minuit

 

  • SOIRÉE DE CLÔTURE

I LEARN (Marseille/New-York) Villes port - villes monde, mémoire des migrations contemporaines.

Exposition participative et interactive proposée avec le soutien de l'Ambassade des États-Unis d’Amérique en France.

Un projet, initié et développé par Jean-Michel Dissard, auteur-réalisateur du film et du projet I learn America, qui donne la parole à de jeunes marseillais et new-yorkais et évoque l'histoire des migrations contemporaines vécue ou révélée par des trajectoires familiales.Inaugurée en janvier avec les jeunes marseillais impliqués au collège Jacques Prévert, au Collège Rosa Parks, au Lycée Saint-Charles, à l’École de la Deuxième Chance et au sein de la formation Access English, l’exposition s’est enrichie de nouvelles contributions new-yorkaises et celles de jeunes marseillais des collèges Roy D’Espagne, Vallon des Pins, Marie Laurencin et Jacques Prévet, du Lycée Victor Hugo et des jeunes participants à l'atelier « Je t'écris de Marseille » mené à l’Estaque au cinéma l’Alhambra.

Un aperçu de l’exposition : https://www.youtube.com/watch?v=GfmzhML-5ps

Portraits et textes également accessibles en ligne : http://ilearnamerica.com/marseille-new-york/


PROJECTIONS/RENCONTRES

  • I LEARN AMERICA,

Un film documentaire du réalisateur Jean-Michel Dissard (52 minutes) à 20h

Un lycée, une année scolaire, cinq nouveaux citoyens américains I Learn America suit le parcours de cinq adolescents primo-arrivants au Lycée international de Lafayette à New York, à la découverte de leur nouveau pays. Cet établissement accueille plus de 300 élèves récemment immigrés, originaires d’une cinquantaine de pays et s’exprimant dans une vingtaine de langues différentes. Ces adolescents s’efforcent d’apprendre l’anglais, de vivre sans des familles qu’ils n’ont parfois pas vues depuis des années, affrontent les défis propres à l’adolescence et cherchent à se construire un avenir. Au travers de ces cinq lycéens, leur histoire et leurs défis, et leur volonté de s’ouvrir aux autres en nous laissant entrer dans leur vie, nous aussi nous apprenons aussi l’Amérique.

 

  • Des récits portés par la jeunesse marseillaise !

A partir de 21h

Rencontres et diffusion de films réalisés dans le cadre d’ateliers d'écriture et de cinéma :

« Je t’écris de Marseille », 30 minutes, production Opus One, 2013, réalisé dans la cadre d’ateliers accueillis par le cinéma l’Alhambra.

« Je viens d’ailleurs », 22 minutes, production Tabasco Vidéo, 2014, réalisé en 2014, avec des jeunes primo-arrivants en formation au Cieres.
*En libre accès à l'auditorium du musée, dans la limite des 200 places disponibles.

 

  • VISITE THÉÂTRALISÉE

« Au Cercle, citoyens ! »

À 20h30 et à 22h

Par la compagnie PADAM NEZI. Une création inédite évoquant le siècle des Lumières, la naissance des sciences modernes aux temps de la Révolution …Une mise en scène détonante pour (ré)découvrir les collections du musée en séquences modernes.

Tous publics : à partir de 8 ans. Visites à 20h30 et à 22h. RDV pour de départ dans le hall d’accueil du musée.

 

  • Programme visites et points de parole pour la Nuit des musées le samedi

20 mai 2017 - de 19h à minuit

20H30 : Visite de l’exposition temporaire «  Mémoire à la mer. Plongée au cœur de l’archéologie sous-marine » (visible jusqu’au 28 mai) .

Sur réservation (Jauge : 30 personnes) au 04 91 55 36 00 ou par mail musee-histoire@marseille.fr. Les réservations sont closes le vendredi 19 à 16H. Possibilité d’un deuxième créneau à 22h30 selon la demande.

Point Parole de 21h30 à minuit dans les Séquences antiques

Point parole de 21h à 22h30 dans les Séquences consacrées au Moyen-Age

Point Parole de 21h à minuit dans les Séquences Modernes

Point Parole de 19h à 21h au Musée des Docks romains

 

  • Restitution pendant la Nuit des Musées

Initiée par les Ministères en charge de la culture et de l’éducation, l’opération « la classe, l’œuvre ! » offre à des classes et leurs enseignants la possibilité de construire un projet d'éducation artistique et culturelle à partir de l’étude d’œuvres d’art issues des collections des musées de France. Lors de la Nuit européenne des musées les acteurs des projets peuvent valoriser et partager l’aventure menée au cours de l’année.

Le musée d’Histoire de Marseille participe à cet événement en accueillant une classe du collège Coin Joli Sévigné. Sous les vents d’Éole de 19h à 21h.

Les élèves présenteront au public quelques objets du Musée d'Histoire de Marseille, en liaison avec un projet pédagogique intitulé "Sous les vents d’Éole". En classe, ils ont travaillé toute l'année à la rédaction d'un journal de bord d'un Grec ou d'une Grecque quittant Phocée pour partir fonder Massalia. L'objet choisi par chaque élève lors des visites préparatoires au musée est l'un des supports de l'histoire qu'ils racontent.

Les élèves seront répartis en plusieurs groupes dans la séquence 1 : "Le mythe de Gyptis et de Prôtis, le mythe de la fondation de Marseille" du musée pour présenter les objets au public en se positionnant en  "points paroles". Les visiteurs seront invités à parcourir la séquence et à s'arrêter à chaque étape.

 

 

Samedi 20 Mai

« Au Cercle, citoyens ! »

Par la compagnie PADAM NEZI

Une création inédite évoquant le siècle des Lumières, la naissance des sciences modernes aux temps de la Révolution …Une mise en scène détonante pour (ré)découvrir les collections du musée en séquences modernes.

Tous publics : à partir de 8 ans. Gratuit, dans le cadre de la Nuit des musées 2017.

Visites à 20h30 et à 22h

RDV pour de départ dans le hall d’accueil du musée.

http://www.padamnezi.fr/spectacle/au-cercle-citoyens/

Samedi 20 Mai

« Au Cercle, citoyens ! »

Par la compagnie PADAM NEZI

Une création inédite évoquant le siècle des Lumières, la naissance des sciences modernes aux temps de la Révolution …Une mise en scène détonante pour (ré)découvrir les collections du musée en séquences modernes.

Tous publics : à partir de 8 ans. Gratuit, dans le cadre de la Nuit des musées 2017.

Visites à 20h30 et à 22h

RDV pour de départ dans le hall d’accueil du musée.

http://www.padamnezi.fr/spectacle/au-cercle-citoyens/

Mardi 16 mai à 18h, auditorium

« Quartiers populaires entre fictions et réalités. On nous écrit de… »

Et si nous laissions les habitants eux-mêmes nous parler de leurs quartiers et de ce qu’ils en pensent ? Exposés et discussion en présence de Denis Merklen , sociologue, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle et des représentants des collectifs porteurs du magazine La baguette Magique (Cité la Castellane Marseille 16e) , de la Gazette de la Rouguière (Marseille 11e) et de Tabasco Vidéo, éditeur du journal et média participatif : Fatche 2 ! 

Denis Merklen est sociologue et professeur des universités à l’Université Sorbonne Nouvelle. Chercheur associé au Laboratoire du changement social et politique (Université Paris Diderot - Paris 7), auteur de La politique dans les cités ou les quartiers comme cadre de la mobilisation (in Histoire des mouvements sociaux en France, La Découverte, 2014.

Table ronde programmée dans le cadre du cycle La Fabrique du Regard, développé par Approches Cultures & Territoires, en partenariat avec le musée d’Histoire de Marseille et la bibliothèque de l’Alcazar. Seconde édition : "Quartiers populaires entre fictions et réalités", de janvier à mai 2017.

 

Pour consulter :

  • La baguette Magique (Cité la Castellane 13016 Marseille

www.awanak.org/baguette-magique-2

  • La Gazette de la Rouguière ( Cité de la Rouguière 13011 Marseille)

https://fr.calameo.com/read/003629254abfd9e101100

  • La Fabrique Artisanale de Tchatche du 2ème arrondissement de Marseille

http://www.fatche2.fr/num

 

Visuel : Yves Jeanmougin, Cité La Paternelle, Marseille 1981 © Musées de Marseille

 

Mardi 16 mai à 18h, auditorium

« Quartiers populaires entre fictions et réalités. On nous écrit de… »

Et si nous laissions les habitants eux-mêmes nous parler de leurs quartiers et de ce qu’ils en pensent ? Exposés et discussion en présence de Denis Merklen , sociologue, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle et des représentants des collectifs porteurs du magazine La baguette Magique (Cité la Castellane Marseille 16e) , de la Gazette de la Rouguière (Marseille 11e) et de Tabasco Vidéo, éditeur du journal et média participatif : Fatche 2 ! 

Denis Merklen est sociologue et professeur des universités à l’Université Sorbonne Nouvelle. Chercheur associé au Laboratoire du changement social et politique (Université Paris Diderot - Paris 7), auteur de La politique dans les cités ou les quartiers comme cadre de la mobilisation (in Histoire des mouvements sociaux en France, La Découverte, 2014.

Table ronde programmée dans le cadre du cycle La Fabrique du Regard, développé par Approches Cultures & Territoires, en partenariat avec le musée d’Histoire de Marseille et la bibliothèque de l’Alcazar. Seconde édition : "Quartiers populaires entre fictions et réalités", de janvier à mai 2017.

 

Pour consulter :

  • La baguette Magique (Cité la Castellane 13016 Marseille

www.awanak.org/baguette-magique-2

  • La Gazette de la Rouguière ( Cité de la Rouguière 13011 Marseille)

https://fr.calameo.com/read/003629254abfd9e101100

  • La Fabrique Artisanale de Tchatche du 2ème arrondissement de Marseille

http://www.fatche2.fr/num

 

Visuel : Yves Jeanmougin, Cité La Paternelle, Marseille 1981 © Musées de Marseille

 

Mardi 9 mai

Carte blanche à Clément Baloup, auteur de bandes dessinées,

en partenariat avec La Marelle, résidence d’écrivain à Marseille

Clément Baloup est auteur de bandes dessinées, né en 1978 et formé à l’école d’Angoulême. Il raconte que c’est en discutant avec son père vietnamien que lui vient l’idée d’écrire l’histoire de ses parents venus du Vietnam jusque en France. Dans ces albums «Quitter Saïgon» et « Little Saïgon », il brosse les portraits, les parcours, et racontent les histoires de différentes générations migrantes vietnamiennes.

12h30 – 13h30 Visite « coup de cœur » au sein du parcours permanent des collection du musée

Au départ de l’exposition I LEARN (Marseille / New-York) , villes port – villes monde, mémoire des migrations contemporaines, Clément Baloup se fraye un chemin au musée et partage son regard et ses réflexions autour d’œuvres choisies.

Accès libre, une fois acquittés les droits d’entrée au musée

Réservations préalables au 04 91 55 36 00 ou musee-histoire@marseille.fr.

 

18h – 19h30 Rencontre à l’auditorium du musée

Clément Baloup présente une sélection de ses œuvres et échange autour du projet d’écriture « Carnets de l’Est » : histoire et mémoire des territoires marseillais de la vallée de l’Huveaune.

Programmée dans le cadre des mardis de l’Histoire, en partenariat avec l’association Rives et Cultures.

Entrée libre dans la limite des 200 places

 

http://www.la-marelle.org/un-ecrivain-au-musee/

http://www.rives-et-cultures.com/

Visuel : © Clément Baloup

Mardi 9 mai

Carte blanche à Clément Baloup, auteur de bandes dessinées,

en partenariat avec La Marelle, résidence d’écrivain à Marseille

Clément Baloup est auteur de bandes dessinées, né en 1978 et formé à l’école d’Angoulême. Il raconte que c’est en discutant avec son père vietnamien que lui vient l’idée d’écrire l’histoire de ses parents venus du Vietnam jusque en France. Dans ces albums «Quitter Saïgon» et « Little Saïgon », il brosse les portraits, les parcours, et racontent les histoires de différentes générations migrantes vietnamiennes.

12h30 – 13h30 Visite « coup de cœur » au sein du parcours permanent des collection du musée

Au départ de l’exposition I LEARN (Marseille / New-York) , villes port – villes monde, mémoire des migrations contemporaines, Clément Baloup se fraye un chemin au musée et partage son regard et ses réflexions autour d’œuvres choisies.

Accès libre, une fois acquittés les droits d’entrée au musée

Réservations préalables au 04 91 55 36 00 ou musee-histoire@marseille.fr.

 

18h – 19h30 Rencontre à l’auditorium du musée

Clément Baloup présente une sélection de ses œuvres et échange autour du projet d’écriture « Carnets de l’Est » : histoire et mémoire des territoires marseillais de la vallée de l’Huveaune.

Programmée dans le cadre des mardis de l’Histoire, en partenariat avec l’association Rives et Cultures.

Entrée libre dans la limite des 200 places

 

http://www.la-marelle.org/un-ecrivain-au-musee/

http://www.rives-et-cultures.com/

Visuel : © Clément Baloup

Jeudi 11 mai à 18h, auditorium

"Les bateaux de l’espoir. L'exode de Marseille vers la Martinique, 1940-1941"

Par Eric Jennings, professeur à l'université de Toronto

Entre la débâcle de mai-juin 1940 et la fin de l’année 1941, quelque 5000 réfugiés ou dissidents gagnèrent la Martinique depuis Marseille à bord de cargos. Ces hommes, femmes et enfants en grand danger débarquèrent aux Antilles, échappant ainsi à la déportation. Certains étaient juifs, d’autres républicains espagnols, d’autres encore socialistes antinazis. Parmi eux se trouvaient le révolutionnaire Victor Serge, la photographe Germaine Krull, le cinéaste Jacques Rémy, les artistes Wifredo Lam et Karl Heidenreich, la romancière Anna Seghers, le poète Walter Mehring, et bien d’autres encore. L’épisode est peu connu ; néanmoins le sauvetage eut une grande portée. Fondés sur des archives aux Antilles, en France métropolitaine, en Allemagne, aux USA et au Royaume-Uni, les travaux de recherche d’Eric Jennings retracent l’ouverture de la voie de secours martiniquaise, le flux migratoire, et les rencontres qui en découlèrent, notamment avec les chantres de la négritude, Suzanne et Aimé Césaire.

Professeur à l'université de Toronto, Eric Jennings est un spécialiste reconnu de l'histoire coloniale et de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Il a a notamment publié "Vichy sous les tropiques", Grasset, 2004, ouvrage qui fait autorité et en 2014 : "La France Libre fut africaine" aux éditions Perrin, Ministère de la Défense.

En libre accès, dans la limite des 200 places disponibles.

Visuel : Antille, André Masson, 1943, huile, sable et tempera sur toile, coll. Musée Cantini

Jeudi 11 mai à 18h, auditorium

"Les bateaux de l’espoir. L'exode de Marseille vers la Martinique, 1940-1941"

Par Eric Jennings, professeur à l'université de Toronto

Entre la débâcle de mai-juin 1940 et la fin de l’année 1941, quelque 5000 réfugiés ou dissidents gagnèrent la Martinique depuis Marseille à bord de cargos. Ces hommes, femmes et enfants en grand danger débarquèrent aux Antilles, échappant ainsi à la déportation. Certains étaient juifs, d’autres républicains espagnols, d’autres encore socialistes antinazis. Parmi eux se trouvaient le révolutionnaire Victor Serge, la photographe Germaine Krull, le cinéaste Jacques Rémy, les artistes Wifredo Lam et Karl Heidenreich, la romancière Anna Seghers, le poète Walter Mehring, et bien d’autres encore. L’épisode est peu connu ; néanmoins le sauvetage eut une grande portée. Fondés sur des archives aux Antilles, en France métropolitaine, en Allemagne, aux USA et au Royaume-Uni, les travaux de recherche d’Eric Jennings retracent l’ouverture de la voie de secours martiniquaise, le flux migratoire, et les rencontres qui en découlèrent, notamment avec les chantres de la négritude, Suzanne et Aimé Césaire.

Professeur à l'université de Toronto, Eric Jennings est un spécialiste reconnu de l'histoire coloniale et de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Il a a notamment publié "Vichy sous les tropiques", Grasset, 2004, ouvrage qui fait autorité et en 2014 : "La France Libre fut africaine" aux éditions Perrin, Ministère de la Défense.

En libre accès, dans la limite des 200 places disponibles.

Visuel : Antille, André Masson, 1943, huile, sable et tempera sur toile, coll. Musée Cantini

  • VISITE GUIDÉE DES COLLECTIONS PERMANENTES *

Samedi 6 Mai - de 11h à 13h

13 séquences chronologiques, introduites par un objet-phare emblématique de la ville, jalonnent le parcours du musée d'Histoire de Marseille. Elles se déploient à travers un fil d'Ariane qui est celui de l'histoire du port et tout autour du site archéologique de la Bourse, véritable salle à ciel ouvert.

 

  • PARCOURS DE LA VOIE HISTORIQUE *

du Port antique au fort Saint-Jean

Dimanche 7 Mai - de 11h à 13h

Découverte de la plus ancienne rue de France qui relie le musée d'histoire de Marseille au fort Saint-Jean. La visite, avec tablette numérique, est une véritable expérience de réalité augmentée, grâce à laquelle on peut découvrir une quinzaine d’édifices classés "Monument historique".

* Tarifs : 4 € / 2 € (jeune public de 5 à 18 ans) en plus du ticket d’entrée au musée (5€/3€ ). Sans réservation, inscriptions sur place, en billetterie, dans l’ordre d’arrivée, dans la limite des places disponibles.

 

  • VISITE COMMENTÉES DE L'EXPOSITION TEMPORAIRE « MÉMOIRE À LA MER. PLONGÉE AU CŒUR DE L'ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE

Les vendredis 5, 12, 19, 26 mai de 12h30 à 13h30 et les dimanches 7, 14, 21, 28 mai de 14h à 15h30.

Tous publics. Sans réservation dans la limite de la jauge (25 personnes). RDV à l'accueil du musée. Tarifs : 4 euros / 2 euros en tarif réduit (jeune public de 5 à 18 ans) en sus des tarifs d'entrée à l'exposition.

 

Musée d'Histoire de Marseille/Voie historique. Photographe Laure Mélone

 

  • VISITE GUIDÉE DES COLLECTIONS PERMANENTES *

Samedi 6 Mai - de 11h à 13h

13 séquences chronologiques, introduites par un objet-phare emblématique de la ville, jalonnent le parcours du musée d'Histoire de Marseille. Elles se déploient à travers un fil d'Ariane qui est celui de l'histoire du port et tout autour du site archéologique de la Bourse, véritable salle à ciel ouvert.

 

  • PARCOURS DE LA VOIE HISTORIQUE *

du Port antique au fort Saint-Jean

Dimanche 7 Mai - de 11h à 13h

Découverte de la plus ancienne rue de France qui relie le musée d'histoire de Marseille au fort Saint-Jean. La visite, avec tablette numérique, est une véritable expérience de réalité augmentée, grâce à laquelle on peut découvrir une quinzaine d’édifices classés "Monument historique".

* Tarifs : 4 € / 2 € (jeune public de 5 à 18 ans) en plus du ticket d’entrée au musée (5€/3€ ). Sans réservation, inscriptions sur place, en billetterie, dans l’ordre d’arrivée, dans la limite des places disponibles.

 

  • VISITE COMMENTÉES DE L'EXPOSITION TEMPORAIRE « MÉMOIRE À LA MER. PLONGÉE AU CŒUR DE L'ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE

Les vendredis 5, 12, 19, 26 mai de 12h30 à 13h30 et les dimanches 7, 14, 21, 28 mai de 14h à 15h30.

Tous publics. Sans réservation dans la limite de la jauge (25 personnes). RDV à l'accueil du musée. Tarifs : 4 euros / 2 euros en tarif réduit (jeune public de 5 à 18 ans) en sus des tarifs d'entrée à l'exposition.

 

Musée d'Histoire de Marseille/Voie historique. Photographe Laure Mélone

 

Les vendredis 7, 21, 28, avril de 12h30 à 13h30 et les dimanches 2, 9, 16, 23, 30, de 14h à 15h30.

Tous publics. Sans réservation dans la limite de la jauge (25 personnes). RDV à l'accueil du musée.

Tarifs : 4 euros / 2 euros en tarif réduit (jeune public de 5 à 18 ans) en sus des tarifs d'entrée à l'exposition.

 

EXPOSITION

Mémoire à la mer. Plongée au cœur de l’archéologie sous-marine

jusqu’au 28 mai 2017

Des navires romains chargés d’amphores aux jonques de la mer de Chine, des corsaires de Saint-Malo aux frégates de Lapérouse, du buste de César à la gourmette de Saint-Exupéry, des villages submergés aux épaves du Débarquement, de l’estran aux abysses, cette exposition est un fascinant voyage parmi les grandes découvertes archéologiques sous-marines françaises

Exposition reconnue d’intérêt général par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Un partenariat Drassm (Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines) et Ville de Marseille. Une co-production Columbia River/Ville de Marseille, avec les mécènes Aqualung et la Compagnie du Ponant.

Tarif plein : 8€ / Tarif réduit : 5 €. (Billet couplé avec le parcours permanent des collections du musée d’histoire)

Exposition présentée en salle d'exposition temporaire du musée d'Histoire de Marseille : accès en rez-de-jardin, par le hall d’accueil du musée, 2 rue Henri Barbusse, 13001 Marseille.

Site internet : memoirealamer.marseille.fr

Les vendredis 7, 21, 28, avril de 12h30 à 13h30 et les dimanches 2, 9, 16, 23, 30, de 14h à 15h30.

Tous publics. Sans réservation dans la limite de la jauge (25 personnes). RDV à l'accueil du musée.

Tarifs : 4 euros / 2 euros en tarif réduit (jeune public de 5 à 18 ans) en sus des tarifs d'entrée à l'exposition.

 

EXPOSITION

Mémoire à la mer. Plongée au cœur de l’archéologie sous-marine

jusqu’au 28 mai 2017

Des navires romains chargés d’amphores aux jonques de la mer de Chine, des corsaires de Saint-Malo aux frégates de Lapérouse, du buste de César à la gourmette de Saint-Exupéry, des villages submergés aux épaves du Débarquement, de l’estran aux abysses, cette exposition est un fascinant voyage parmi les grandes découvertes archéologiques sous-marines françaises

Exposition reconnue d’intérêt général par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Un partenariat Drassm (Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines) et Ville de Marseille. Une co-production Columbia River/Ville de Marseille, avec les mécènes Aqualung et la Compagnie du Ponant.

Tarif plein : 8€ / Tarif réduit : 5 €. (Billet couplé avec le parcours permanent des collections du musée d’histoire)

Exposition présentée en salle d'exposition temporaire du musée d'Histoire de Marseille : accès en rez-de-jardin, par le hall d’accueil du musée, 2 rue Henri Barbusse, 13001 Marseille.

Site internet : memoirealamer.marseille.fr

« L’aventure des Cahiers du Sud. Années 40, Marseille Capitale Culturelle avant l’heure ? »

Mardi 25 avril à 18h, auditorium

Entrée libre dans la limite des 200 places disponibles.

Par Alain Paire, écrivain et critique d'art, avec la participation de Francois Mouren-Provensal, co-réalisateur de films courts sur Antonin Artaud, Walter Benjamin, Simone Weil, André Breton issus de la série « Chroniques d’Aix à Marseille », productions : Les Films du Soleil / Mativi-Marseille (2015-2016 ).

Les Cahiers du Sud auront connu un demi-siècle de parution, entre 1914 et 1966. Leur parcours fut assuré grâce aux efforts quotidiens d’un couple, Jean et Marcelle Ballard et d’un comité de rédaction où figuraient des écrivains comme Leon-Gabriel Gros, Pierre Guerre et Jean Tortel. Eté comme hiver à partir de quatre heures du matin, pendant plusieurs décennies, Jean Ballard exerça la profession de peseur-juré : il passait les premières heures de ses journées au Cours Julien parmi les arrivages des marchands des quatre saisons. Après quoi, il regagnait le quatrième étage du numéro dix du Cours qui porte son nom depuis le milieu des années 1970. Ses journées étaient consacrées aux Cahiers dont il fallait assurer la vie matérielle. 

La revue publia pendant l’entre-deux guerres Céline et Valéry, Joë Bousquet et les surréalistes, des traductions d’Asturias, Kafka, Faulkner, Dos Passos et Fernando Pessoa. Simultanément, l’équipe des Cahiers du Sud inventait des numéros spéciaux consacrés au Théatre élisabethain (1933) à L’Islam et l’Occident, au Romantisme allemand (1937), au Génie d’Oc (1942) ou bien aux Grands courants de la pensée mathématique (1947). Jusqu’au terme de son existence, elle sut accueillir la modernité et les avant-gardes littéraires de son époque.

Auteur aux éditions de l’IMEC d’un ouvrage à propos de l’histoire des Cahiers du Sud, Alain Paire évoquera tout particulièrement la séquence des années 1940 pendant lesquelles la revue fut l’un des meilleurs ferments d’une vie culturelle qui fit du Vieux-Port une capitale de l’Europe. Pendant ces heures tragiques, l’hospitalité et l’ouverture de la revue furent exemplaires, ce dont témoigneront les films qu’Alain Paire a réalisés en compagnie de François Mouren-Provensal.

Dans le cadre des Mardis de l'Histoire, rdv bimensuels à l'auditorium du musée.

Légende du visuel : Jean Ballard dans le grenier des Cahiers du Sud.Photographie aux alentours de 1970.

« L’aventure des Cahiers du Sud. Années 40, Marseille Capitale Culturelle avant l’heure ? »

Mardi 25 avril à 18h, auditorium

Entrée libre dans la limite des 200 places disponibles.

Par Alain Paire, écrivain et critique d'art, avec la participation de Francois Mouren-Provensal, co-réalisateur de films courts sur Antonin Artaud, Walter Benjamin, Simone Weil, André Breton issus de la série « Chroniques d’Aix à Marseille », productions : Les Films du Soleil / Mativi-Marseille (2015-2016 ).

Les Cahiers du Sud auront connu un demi-siècle de parution, entre 1914 et 1966. Leur parcours fut assuré grâce aux efforts quotidiens d’un couple, Jean et Marcelle Ballard et d’un comité de rédaction où figuraient des écrivains comme Leon-Gabriel Gros, Pierre Guerre et Jean Tortel. Eté comme hiver à partir de quatre heures du matin, pendant plusieurs décennies, Jean Ballard exerça la profession de peseur-juré : il passait les premières heures de ses journées au Cours Julien parmi les arrivages des marchands des quatre saisons. Après quoi, il regagnait le quatrième étage du numéro dix du Cours qui porte son nom depuis le milieu des années 1970. Ses journées étaient consacrées aux Cahiers dont il fallait assurer la vie matérielle. 

La revue publia pendant l’entre-deux guerres Céline et Valéry, Joë Bousquet et les surréalistes, des traductions d’Asturias, Kafka, Faulkner, Dos Passos et Fernando Pessoa. Simultanément, l’équipe des Cahiers du Sud inventait des numéros spéciaux consacrés au Théatre élisabethain (1933) à L’Islam et l’Occident, au Romantisme allemand (1937), au Génie d’Oc (1942) ou bien aux Grands courants de la pensée mathématique (1947). Jusqu’au terme de son existence, elle sut accueillir la modernité et les avant-gardes littéraires de son époque.

Auteur aux éditions de l’IMEC d’un ouvrage à propos de l’histoire des Cahiers du Sud, Alain Paire évoquera tout particulièrement la séquence des années 1940 pendant lesquelles la revue fut l’un des meilleurs ferments d’une vie culturelle qui fit du Vieux-Port une capitale de l’Europe. Pendant ces heures tragiques, l’hospitalité et l’ouverture de la revue furent exemplaires, ce dont témoigneront les films qu’Alain Paire a réalisés en compagnie de François Mouren-Provensal.

Dans le cadre des Mardis de l'Histoire, rdv bimensuels à l'auditorium du musée.

Légende du visuel : Jean Ballard dans le grenier des Cahiers du Sud.Photographie aux alentours de 1970.

S'abonner à RSS - Au musée